Rue des Riouzes, 43600 Sainte-Sigolène
0471750155
Musée la Fabrique

la société d'histoire du plateau sigolènois

la société d'histoire du plateau sigolènois
La Société d'Histoire du Plateau Sigolènois a pour objet de(re)mettre au jour et de sauvegarder le patrimoine matériel et immatériel ayant existé sur l'ensemble du plateau granitique recouvert par les communes de Sainte-Sigolène, Saint-Pal-de-Mons et les Villettes, connu du point de vue économique comme "le Plateau".
En particulier, elle chapeaute le Musée "La Fabrique" et le Musée de la Béate.
Elle compte une centaine d'adhérents. Sa permanence se tient les samedi de 10h à 12h en son siège, au 4 rue Lieutenant-Januel à Sainte-Sigolène.
  04 71 58 42 92
  courrier.histoiregolene1@orange.fr
 
 

Recherches historiques

Recherches historiques
Parmi les membres de l'association, des passionnés s'adonnent, à longueur d'années, à des recherches historiques tant dans les ouvrages de références anciens que dans les archives communales, départementales, régionales voire nationales. Leur but est de ressortir de l'oubli des monuments, des événements, des faits divers ou des familles ayant marqué l'histoire du Plateau. Et aussi des personnalités de souches locales qui se sont illustrés au cours des siècles au service de la région ou du pays.
 
 
 

Recherches généalogiques

Recherches généalogiques
Une équipe est plus spéciallisée dans la généalogie. A la permanence, un ou deux généalogistes se tiennent à la disposition des personnes ou des familles souhaitant entreprendre la constitution de leurs arbres généalogiques. En son siège, la Société d'Histoire détient de nombreux fascicules contenant la copie des actes de naissances, de mariages et de décès ou baptèmes, mariages et sépultures des trois communes ainsi que des relevés des actes de presque toutes les communes de l'arrondissement d'Yssingeaux.
 
 

patois local

Patrimoine immatériel s'il en est, la patois local, tiré de l'occitan, était autrefois couramment employé dans le langague courants des habitants du plateau.
Pour le sauvegarder, l'association a constitué un groupe de "patoisans". Sous la direction de trois pratiquants reconnus, ses membres, au nombre d'une trentaine de femmes et d'hommes, y compris de communes hors du plateau, se rassemble une fois par mois pour lire et parler le patois, dans une ambiance chaleureuse.

las gaminas en champ

Texte en patois lu par Auguste Januel